Sale temps pour la vie privée

Tribune de Caroline Faillet dans Forbes - 4 mai 2018

Tribune de Caroline Faillet pour Forbes France

Le scandale Cambridge Analytica fait découvrir à des utilisateurs ahuris que Facebook collecte et partage bien au-delà du nécessaire les petits secrets de nos vies numériques. Répondant à l’appel du hashtag #deletefacebook, un quart des Français se disent prêts à quitter Facebook* pensant naïvement que disparaître de cette plateforme les met à l’abri du fléau liberticide que nous promettent les jouets de la Silicon Valley.

Mais dans le brouhaha des data, entre risque de réputation, piratage de données et profilage publicitaire, il n’est pas aisé pour nos concitoyens de cerner les enjeux liés à leur vie privée. S’il est sûr que nos faits et gestes numériques laissent des traces auprès d’acteurs pour qui nos vies deviennent transparentes, ces traces ne présentent pas le même risque selon qu’elles seront visibles ou invisibles.

Traces visibles et réputation sur les réseaux

Les traces visibles sont celles qui apparaissent lors d’une recherche sur notre nom dans Google, sur les plateformes vidéos ou les réseaux sociaux et qui révèlent sur nous des informations compromettantes. Les traces visibles sont pourtant en partie sous notre contrôle : paramétrage de publication des posts, utilisation de pseudos, sécurisation plus forte de nos mots de passe pour éviter le vol de données et… gestion de son identité numérique. Si une éducation des jeunes générations est nécessaire afin qu’ils mesurent les risques d’une divulgation trop transparente de leur vie privée, on peut néanmoins constater que les générations qui sont nées avec les réseaux sociaux n’appréhendent plus l’intimité de la même façon.

Les goûts musicaux, les hobbys, les régimes alimentaires ou certaines convictions idéologiques ou religieuses deviennent publics et les millenials ne considèrent pas être exhibitionnistes en les dévoilant. D’ailleurs, les historiens ne manquent pas de souligner avec malice que la notion de vie privée est un phénomène récent dans l’histoire des Hommes. Apparue au XIXème siècle avec le développement de la bourgeoisie… et éteinte au XXIème siècle avec celui des réseaux sociaux, la vie privée ne serait finalement qu’une parenthèse dans l’histoire ? Voilà qui doit nous inciter à questionner le système de valeurs de nos sociétés post-révolutions numériques.

Mais en réputation comme en prévention routière, le danger vient souvent des autres. Ceux qui mentionnent votre appartenance à une association, ceux qui vous prennent en photo ou vous live-twittent pendant une prise de parole mettent en péril le contrôle de votre identité en ligne. Paradoxalement, avoir une existence numérique, et notamment un compte dans un réseau social (Google, Facebook, Linkedin ou Twitter) est la meilleure protection contre le risque de réputation car il vous assure de disposer d’un moyen de riposte le jour où vous êtes la cible d’une attaque, car il vous offre une présence visible sur la première page de Google face aux potentiels homonymes. Anecdote personnelle, j’ai rencontré récemment un directeur de la sûreté d’entreprise qui n’avait que peu de présence en ligne et se voyait donc doubler sur Google par un charcutier ayant eu le titre dans la presse locale de « roi du boudin » : confusion ou dérision ? L’autre cas classique est celui d’usurpation d’identité comme a pu l’expérimenter le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, à l’occasion de la crise des laits infantiles. Un compte parodique au nom du PDG, créé sur Twitter par un plaisantin, a contribué à égratigner un peu plus l’image de ce dirigeant qui avait choisi de n’avoir aucune existence en ligne.

Traces invisibles et risque de manipulation

Il est un tout autre problème que celui des traces invisibles, ces données de géolocalisation, de consommation de contenus et services, de communication et de navigation via les outils numériques. Les traces invisibles échappent à notre vigilance, par définition, mais également à notre approbation ! En effet les sites et applications collectent et conservent souvent plus de données que nécessaire, et parfois qu’annoncé dans leurs règles de confidentialité. De ce point de vue, la nouvelle règlementation RGPD devrait siffler la fin de la récréation et faire cesser la pêche miraculeuse en remettant de l’ordre et de la transparence. Désormais, nos comportements en ligne ne pourront plus être tracés sans notre consentement.

Hélas, il n’est pas un scoop que d’affirmer que cette règlementation qui avait initialement pour origine de brider les GAFA, risque au contraire de les renforcer. La gratuité de leur modèle et la pénétration de leurs services dans notre quotidien les place en bonne position pour remporter la totalité des consentements. Quand la data est vecteur d’amélioration et de personnalisation d’un service payant, comme pour Netflix ou Deezer, elle crée de la valeur pour le consommateur.

Elle peut être accusée de tuer la création artistique et d’effacer les spécificités culturelles mais pas de révéler nos petits secrets. Le problème de Google et des réseaux sociaux, en offrant un service gratuit en échange du profilage publicitaire, est qu’ils se sont placés au cœur de notre mécanisme de construction de l’opinion (nos recherches d’informations, nos lectures de média…) et de nos processus de décision. Ils vendent le moyen d’influencer nos choix électoraux et nos actes de consommation. Or tout un chacun pense conserver son esprit critique et sa liberté d’action face à ce danger.

Ma conviction est que, si déjà il a fallu faire un effort de pédagogie sur la nécessité d’être attentif à ces traces visibles que généraient ces outils, il est peu probable que la grande majorité ne quitte le réseau social ou restreigne l’accès à leurs données. Lorsque les données sur les membres du site de rencontres extra-conjugales Ashley Madison, sont piratées et dévoilées, il est évident que le public se rend compte des dommages personnels de l’accès à ses données. Dans le cas de Facebook et Google, le ratio entre les risques et le bénéfice immédiat est perçu comme trop faible. On peut faire le parallèle avec le réchauffement climatique : les individus sont indignés mais réticents à changer leur comportement.

” Pour l’essentiel, l’homme est ce qu’il cache : un misérable petit tas de secrets” disait Malraux. C’est peut-être lorsque les GAFA viendront entraver nos libertés en nous protégeant contre notre pire ennemi, nous-même, que nous réaliserons ce que nous avons fait.

*Sondage Ifop pour Le Parisien du 12 avril 2018

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Fields marked with an asterisk are required.

Ce site web utilise des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts, pour vous permettre de partager certains articles sur les réseaux sociaux et pour réaliser des statistiques de visites.

Paramètrage des cookies

Veuillez accepter l’utilisation de cookies nous permettant de rendre votre visite plus agréable, de réaliser des statistiques de visites, de vous proposer des contenus en rapport avec vos centres d’intérêt et de vous permettre de les partager sur les réseaux sociaux


Google Tag Manger permet d'ajouter des services tiers sur notre site à des fins d'amélioration de l'expérience utilisateur. Sur le site Bolero, il sert uniquement à ajouter le service Google Analytics. Les cookies Google Analytics permettent de mesurer de manière anonyme et agrégée l'audience des contenus présents sur le site et d'en améliorer le fonctionnement. En savoir plus
  • _dc_gtm_
  • _dc_gtm_UA-1515509-49
  • _ga
  • _gid
  • _gat

Ce cookie nous permet d'analyser votre navigation pour vous proposer des contenus en rapport avec vos centres d'intérêts. En savoir plus
  • mtc_id
  • mtc_sid
  • mautic_device_id

Refuser tous les services
Accepter tous les services