BaroNet BOLERO – STRATEGIES : Le moral des responsables digitaux

BARONET, cdo

La digitalisation des organisations est en marche ! Le BaroNet BOLERO – STRATEGIES du moral des responsables digitaux prend le pouls de cette révolution en se penchant sur l’état d’esprit de ses principaux acteurs.

Pour cette première édition de l’étude semestrielle
«BaroNet Bolero-Stratégies»,
la note du moral des responsables digitaux
est de 11,4/20.

 

TÉLÉCHARGER L’INFOGRAPHIE BARONET BOLERO – STRATÉGIES : LE MORAL DES RESPONSABLES DIGITAUX 

 

 

Les Principaux enseignements 

  • A titre individuel, les responsables digitaux sont plutôt satisfaits de la fonction qu’ils exercent au sein de l’entreprise. Ils prennent à cœur leur métier qui les passionne. Ils disposent d’une certaine latitude pour mener à bien leurs projets et sont nombreux à décider des actions à mettre en place. A noter : la rémunération ne semble pas être un levier important de leur motivation.
  • Epanouis individuellement au sein de fonctions dynamiques et évolutives, les responsables digitaux semblent cependant frustrés par le manque de moyens humains et financiers pour mener à bien leurs missions : l’affectation des ressources humaines n’est pas optimale et le budget à disposition n’est pas adapté aux ambitions affichées.
  • L’implication de la hiérarchie constitue un critère majeur dans la valorisation de leur travail. En effet, la participation active de la direction à la mise en œuvre du plan digital ainsi que l’implication forte des équipes dédiées agissent positivement sur le moral des responsables digitaux. A l’inverse, le faible niveau d’intérêt de la hiérarchie pour le digital et ses difficultés à intégrer des connaissances dans le domaine pèsent sur leur niveau de satisfaction.
  • Les responsables digitaux voient de manière positive l’évolution de carrière à ce type de poste, même si un quart d’entre eux estime que les opportunités sont faibles.

twitter-1

La digitalisation des organisations est en marche… mais toutes les organisations n’évoluent pas à la même vitesse dans leur adaptation à la nouvelle donne imposée par ce monde digitalisé. Leur prise en compte des enjeux stratégiques, leurs ambitions, leur culture digitale, leur organisation déterminent cette inexorable évolution.

En première ligne, acteurs majeurs de cette mutation, les responsables digitaux s’emploient à mettre leur expertise au service de leur entreprise. Leur niveau de responsabilité, leur maîtrise digitale, leur âge, peuvent varier mais leur implication, nourrie de passion dans la révolution numérique est rarement mise en défaut.

« Ils sont souvent écartelés entre les ambitions réelles ou de façade affichées par leurs dirigeants, et des ressources humaines, techniques et budgétaires, la plupart du temps insuffisantes au regard des objectifs », explique François Pinochet, co-fondateur du cabinet Bolero. « Confrontés à un télescopage permanent entre le temps réel imposé par internet, et le temps long de la décision propre aux organisations qui peinent à se réformer, le moral de ces pionniers-troublions est parfois mis à rude épreuve ».

La mesure du moral des responsables digitaux s’invite donc naturellement comme un indicateur de référence de cette transformation digitale en cours. Il sera dorénavant évalué par Bolero et Stratégies chaque semestre. (Consultez l’article dans notre revue de presse)

MÉTHODOLOGIE

Bolero a constitué un panel de responsables digitaux (de tous âges, tous niveaux hiérarchiques, dans des entreprises de tailles différentes et dans des secteurs diversifiés) régulièrement sondés sur leur moral au travers de 10 questions révélatrices. Chaque semestre une note sur une échelle de 20 permet de suivre l’évolution de leur moral.

QUELQUES DATAS À RETROUVER DANS L’ÉTUDE COMPLÈTE

twitter-2_V2